Accident fortuit ou le vélo effacé du paysage urbain…

février 19, 2011 at 1:28 Laisser un commentaire

C’est en toute bonne foi que l’automobiliste renversa le cycliste !

Oh milles excuses je ne vous avais pas vu…Vous n’êtes pas blessé au moins ?

Les faits : dans une rue étroite le cycliste suivait le véhicule à  petite vitesse. Le véhicule stoppe au milieu de la rue sans prévenir. Le cycliste en fait autant à 2 m environ près du trottoir ; et là, oh surprise, le conducteur enclenche sans précaution  une marche arrière, non pas pour faire un créneau mais pour discuter avec des gens aperçus sur le trottoir et qu’il venait de dépasser. Il accroche le guidon du vélo entrainant le cycliste dans la chute. La voiture roule sur la roue arrière du vélo, fort heureusement sans toucher le cycliste et fausse le dérailleur. Le conducteur tentera de le redresser mais celui-ci entrainera, au retour, la destruction de la fixation de roue arrière : vélo irréparable par destruction du cadre, préjudice 2 ou 300 € sans compter le déplacement en voiture pour venir récupérer l’infortuné cycliste à 13 Km de son domicile…

Reculer dans l’axe de la chaussée sans signaler sa manœuvre et s’être assuré que la voie est  parfaitement libre, relève de l’inconscience. Ces automobilistes dans leur véhicule, ne tiennent aucun compte que  la voirie est à partager. Ce sont souvent les mêmes, jeunes ou moins jeunes,  qui au mépris des autres usagers, garent leur véhicule sur un trottoir, sur une piste cyclable ou un arrêt de bus bien aménagé pour les PMR permettant à de gros véhicules, de type camionnette, de stationner pour que leur conducteur puisse se rendre au café voisin, en toute quiétude!

Il ne s’agit pas de diaboliser tous les automobilistes, certains sont très courtois et respectueux, mais de faire en sorte que les autres usagers de la voirie, piétons, PMR, cyclistes, rollers, cibles fragiles au regard des véhicules motorisés, soient mieux considérés et reconnus dans l’espace urbain.

Cela passera par des campagnes de sensibilisation pour que chacun prenne conscience des risques qu’il fait encourir aux usagers autres que ceux qui sont motorisés.

Dans un avenir proche nous pouvons tous être concernés. De plus en plus de déplacements seront réalisés en mode doux et très souvent l’automobiliste lui-même alternera selon différents modes utilisant, ce faisant, l’espace urbain de manière plus rationnelle.

Bien sûr on dit que cyclistes et piétons sont indisciplinés. C’est par la vitesse excessive que sont aggravés les problèmes : c’est bien à cause du non respect des vitesses en ville par les automobilistes

que sont apparus, au fil du temps, toutes les sortes de ralentisseurs que nous connaissons ; même les Pays-Bas, pourtant à la pointe en matière de déplacements à vélo, n’y échappent pas. Cela nous semble la preuve que l’automobiliste, d’où qu’il soit, à encore d’énormes progrès à accomplir.

Utiliser un vélo en milieu urbain permettrait au plus grand nombre de mieux appréhender les embûches de la  circulation.

Il nous semble que les élus pour mieux maîtriser les aménagements de voiries, devraient pratiquer le vélo en ville et communiquer périodiquement sur les difficultés rencontrées. De plus l’échange avec d’autres cyclistes au cours de ces pérégrinations enrichirait leur vision du territoire.

Les obstacles à la sérénité du pratiquant sont nombreux. Outre la présence des véhicules, qui somme toute est une forme de normalité, le cycliste doit faire face à : une chaussée particulièrement dégradée par un hiver rigoureux et cependant loin d’être le pire ; l’absence de lieux pour attacher sa monture au plus près de sa destination ; un jalonnement inexistant pour les tronçons munis de pistes cyclables oblige le cycliste à rechercher sa route , tant bien que mal, lorsqu’il est en-dehors de son territoire habituel ; l’accès aux tronçons cyclable avec des seuils obligeant ce dernier à mettre pied à terre ; l’absence d’éclairage sur certains tronçons par exemple la fin de la piste de Vaires-Torcy près du A104 ; etc. ; etc. …

De nombreux efforts de tous seront nécessaires pour harmoniser et apaiser la circulation. Ne pas augmenter le nombre de véhicules individuels malgré l’accroissement de 7 à 10 % de la population sur notre secteur, est une gageure. Le vélo et les modes doux y contribueront pour leur part.

Entry filed under: Divers. Tags: , , , , .

Marne et Gondoire à Vélo ! Tourner à droite au feu rouge pour les cyclistes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Nous ne pouvons pas accéder aux données associées à ce site.

Stats du Site

  • 16,120 visites

Marne et Gondoire à Vélo

01 64 02 11 18
marneetgondoire@fubicy.org
Follow Marne et Gondoire à Vélo on WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :